Difference between revisions of "MOOC:Verb04"

From Livre IPv6

(IPv4 à IPv6 : une cohabitation forcée)
(Script 04 : D'IPv4 à IPv6)
 
(5 intermediate revisions by 2 users not shown)
Line 4: Line 4:
  
  
2) Le problème de pénurie des adresses Internet est principalement du à l'explosion de la demande qui dépasse largement la capacité d'adressage IPv4.
+
2) Le problème de pénurie des adresses Internet est principalement à l'explosion de la demande qui dépasse largement la capacité d'adressage IPv4.
  
 
Dans cette vidéo, nous allons introduire les points clés de la nouvelle version du protocole d'interconnexion IP, le protocole IPv6.  
 
Dans cette vidéo, nous allons introduire les points clés de la nouvelle version du protocole d'interconnexion IP, le protocole IPv6.  
  
Nous expliquerons  pourquoi il y a plus d'adresses et comment le protocole IP a été simplifié et modernisé.  
+
Nous expliquerons  pourquoi il y a beaucoup plus d'adresses et comment le protocole IP a été simplifié et modernisé.  
  
Les deux protocoles étant incompatibles, le passage d'IPv4 à IPv6 a fait l'objet de scénarios spécifiés dans des RFC.  
+
Les deux protocoles étant différents, le passage d'IPv4 à IPv6 a fait l'objet de scénarios spécifiés dans des RFC.  
  
 
Un grand nombre d'équipements et de services reposent toujours sur IPv4 et une cohabitation s'est installée pour encore de nombreuses années. Néanmoins, IPv6 est un passage obligé pour l'Internet du 21ème siècle.
 
Un grand nombre d'équipements et de services reposent toujours sur IPv4 et une cohabitation s'est installée pour encore de nombreuses années. Néanmoins, IPv6 est un passage obligé pour l'Internet du 21ème siècle.
Line 76: Line 76:
  
 
Lorsqu'une des connectivités est manquante, il est possible de recourir à des solution de tunnels. Un tunnel permet à deux hôtes IPv4 de communiquer au travers d'un réseau IPv6, ou inversement.
 
Lorsqu'une des connectivités est manquante, il est possible de recourir à des solution de tunnels. Un tunnel permet à deux hôtes IPv4 de communiquer au travers d'un réseau IPv6, ou inversement.
 +
Attention : le recours à des tunnels est complexe et nuit aux performances.
  
Attention : le recours à des tunnels est complexe et nuit aux performances. D'autres scénarios de transition ont été étudiés et sont spécifiés dans plusieurs RFC.
+
D'autres scénarios de transition ont été étudiés et sont spécifiés dans plusieurs RFC.
  
 
== IPv4 à IPv6 : une cohabitation forcée  ==
 
== IPv4 à IPv6 : une cohabitation forcée  ==
Line 84: Line 85:
 
En France, dans son baromètre annuel de la transition vers IPv6, l'ARCEP pointe les nombreux freins au déploiement généralisé d'IPV6.  
 
En France, dans son baromètre annuel de la transition vers IPv6, l'ARCEP pointe les nombreux freins au déploiement généralisé d'IPV6.  
  
Les causes sont multiples, aussi bien techniques que financières.
+
Les causes sont multiples car cette transition nécessite des compétences techniques et des ressources adaptées. C'est un vrai projet.
 
+
Et ce rapport montre le rôle joué dans cette transition par les multiples acteurs de l'Internet : FAI, hébergeurs de contenus, opérateurs mobiles, équipementiers, services DNS, transitaires et terminaux.
+
  
 +
Et ce rapport met en évidence le rôle joué dans cette transition par les multiples acteurs de l'Internet : fournisseurs d'accès, hébergeurs de contenus, opérateurs mobiles, équipementiers, services DNS, réseau de transit et terminaux.
  
 
10) Cette figure, tirée de ce rapport, montre bien l'état d'avancement de la transition IPV6 au niveau des différents acteurs de l'Internet.  
 
10) Cette figure, tirée de ce rapport, montre bien l'état d'avancement de la transition IPV6 au niveau des différents acteurs de l'Internet.  
  
Seuls les équipementiers (ou fabricants de routeurs), les systèmes d'exploitation et les terminaux ont achevé leur migration vers IPv6. Carton rouge aux hébergeurs dont l'adoption d'IPv6 est faible voire nulle.
+
Les équipementiers (ou fabricants de routeurs), les systèmes d'exploitation et les terminaux ont achevé leur migration vers IPv6. Pour d'autres acteurs, comme les opérateurs, l'adoption d'IPv6 est plus longue. Carton rouge aux hébergeurs dont l'adoption d'IPv6 est assez faible.
 +
 
  
11) Sur le plan international, les Etats-unis, le Canada et quelques pays d'Europe ont largement déployé IPv6. Globalement la majorité des pays est très faiblement impliqué.
+
11)  
 +
Sur le plan international, la situation est aussi différente selon les pays. Les Etats-unis, le Canada et quelques pays d'Europe ont largement déployé IPv6. Cependant, en majorité, les pays sont encore très faiblement impliqués.
  
 
== IPv6 : un passage obligé ==
 
== IPv6 : un passage obligé ==

Latest revision as of 11:16, 10 September 2020

Script 04 : D'IPv4 à IPv6

1) Bonjour à tous ! Bienvenue dans la vidéo d'introduction à IPv6.


2) Le problème de pénurie des adresses Internet est principalement dû à l'explosion de la demande qui dépasse largement la capacité d'adressage IPv4.

Dans cette vidéo, nous allons introduire les points clés de la nouvelle version du protocole d'interconnexion IP, le protocole IPv6.

Nous expliquerons pourquoi il y a beaucoup plus d'adresses et comment le protocole IP a été simplifié et modernisé.

Les deux protocoles étant différents, le passage d'IPv4 à IPv6 a fait l'objet de scénarios spécifiés dans des RFC.

Un grand nombre d'équipements et de services reposent toujours sur IPv4 et une cohabitation s'est installée pour encore de nombreuses années. Néanmoins, IPv6 est un passage obligé pour l'Internet du 21ème siècle.


IPv6, une nouvelle version du protocole IP

3) La nouvelle version d'IP reprend ses principes fondateurs : encapsulation des données dans des paquets, adresses source et destination dans l'en-tête, transfert en mode datagramme, routage paquet par paquet.

Le réseau utilise des équipements intermédiaires simples et agnostiques aux données transférées.

Le réseau n'effectue aucune reprise sur erreurs et tout le contrôle est reporté sur les extrémités dans d'autres protocoles.

L'adressage est toujours hiérarchique mais de nouveaux niveaux sont ajoutés à la demande.

4) Deux points clés permettent à IPv6 de résoudre les problèmes que nous avons évoqués dans les activités précédentes.

Ipv6 offre une adresse plus longue qui passe de 32 bits à 128 bits. Cette capacité immense va résoudre la pénurie à très long terme.

Les concepteurs d'IPv6 ont voulu moderniser le protocole par la même occasion pour prendre en compte de nouveaux besoins qui n'avaient pas été envisagés dans les années 70-80.

Par exemple, il n'avait pas été imaginé le développement de la diffusion de chaînes de télévision sur Internet. Dans Ipv6, la diffusion à un groupe de récepteurs, le multicast, a été défini dès le départ.


IPv6 : un système d'adressage avec une capacité immense

5) L'adresse Ipv6 a une capacité immense. Une adresse IPv6 est longue de 128 bits, soit 16 octets, contre 32 bits pour IPv4. On dispose ainsi d'environ 3,4×10^38 adresses (soit plus de 340 sextillions).

Pour reprendre l'image usuelle, on aurait plus de 667 millions d'adresses Ipv6 par millimètre carré de surface terrestre.

Le format de l'adresse est hiérarchique avec de multiples niveaux. L'opérateur dispose d'un bloc d'adresses plus long qui lui donne plus de liberté pour allouer des sous-blocs.

On peut découper par exemple l'adresse en 4 champs qui sont le préfixe FAI, le préfixe de réseau, le préfixe de sous-réseau et l'adresse hôte.

En IPv6, l'auto-configuration d'adresse permet à un hôte d'utiliser son adresse physique ou MAC pour créer son adresse réseau. Pour réaliser la transition en douceur, cela marche aussi avec l'adresse IPv4.

De nouvelles fonctionnalités définissent des adresses génériques pour, par exemple, trouver immédiatement le serveur DNS sur un réseau ou n'importe quel autre service.

IPv6 : simplification des fonctions d’IP

6) La conception d'IPv6 est aussi l'occasion de dépoussiérer le protocole.

Ainsi la protection des erreurs du paquet IPv4 par un checksum est finalement inutile puisque déjà réalisée au niveau liaison ; on a supprimé le checksum de l'en-tête.

La fragmentation d'un paquet lorsqu'il arrive dans un réseau où les trames sont trop petites pour l'encapsuler est aussi évité par Ipv6. Le protocole préconise d'apprendre la taille minimale de paquet supportée sur tout le chemin et ainsi, d'envoyer des paquets à la bonne taille.

Le protocole IPv4 ayant été conçu il y a 40 ans, de nouveaux usages sont apparus qu'il a fallu ajouter de manière artificielle. Dans IPv6, il sera possible d'ajouter de nouvelles fonctionnalités assez facilement grâce aux extensions d'en-tête.

Un inconvénient d'IPv4 est qu'il n'y a aucune relation entre les adresses de niveau réseau et de niveau liaison. Or l'adresse physique est nécessaire pour transmettre la trame qui contient le paquet.

Avec IPv4, il faut donc chercher et récupérer cette adresse physique avant d'encapsuler le paquet dans la trame. Pour éviter cette recherche, IPv6 fournit l'auto-configuration d'adresse réseau à partir de l'adresse physique.

IPv4 à IPv6 : une transition pas si simple

7) IPv4 et IPv6 sont des protocoles différents : les adresses ainsi que le format des paquets n'ont pas la même structure.

De fait, les deux technologies vont cohabiter sur Internet, chacune dans un plan d'adressage différent.

Ceci a pour conséquence que la communication entre un hôte IPv4 et un hôte IPv6 ne peut pas se faire directement.

8) Pour connecter tous les utilisateurs, de manière transparente, les routeurs et les hôtes devront avoir une connectivité IPv4 et IPv6.

On parle de double pile. Les équipements disposent alors à la fois d'une adresse IPv4 et d'une adresse IPv6.

Lorsqu'une des connectivités est manquante, il est possible de recourir à des solution de tunnels. Un tunnel permet à deux hôtes IPv4 de communiquer au travers d'un réseau IPv6, ou inversement. Attention : le recours à des tunnels est complexe et nuit aux performances.

D'autres scénarios de transition ont été étudiés et sont spécifiés dans plusieurs RFC.

IPv4 à IPv6 : une cohabitation forcée

9) Le premier standard IPv6 date de 1995 et a été amélioré et complété durant une dizaine d'années. Depuis, la transition vers IPv6 n'est toujours pas finie alors même que les opérateurs ont quasiment tous épuisé leurs adresses IPv4.

En France, dans son baromètre annuel de la transition vers IPv6, l'ARCEP pointe les nombreux freins au déploiement généralisé d'IPV6.

Les causes sont multiples car cette transition nécessite des compétences techniques et des ressources adaptées. C'est un vrai projet.

Et ce rapport met en évidence le rôle joué dans cette transition par les multiples acteurs de l'Internet : fournisseurs d'accès, hébergeurs de contenus, opérateurs mobiles, équipementiers, services DNS, réseau de transit et terminaux.

10) Cette figure, tirée de ce rapport, montre bien l'état d'avancement de la transition IPV6 au niveau des différents acteurs de l'Internet.

Les équipementiers (ou fabricants de routeurs), les systèmes d'exploitation et les terminaux ont achevé leur migration vers IPv6. Pour d'autres acteurs, comme les opérateurs, l'adoption d'IPv6 est plus longue. Carton rouge aux hébergeurs dont l'adoption d'IPv6 est assez faible.


11) Sur le plan international, la situation est aussi différente selon les pays. Les Etats-unis, le Canada et quelques pays d'Europe ont largement déployé IPv6. Cependant, en majorité, les pays sont encore très faiblement impliqués.

IPv6 : un passage obligé

12) Restons optimistes cependant car les nouveaux services ou les nouveaux usages se tournent de plus en plus vers IPv6 car ils ne trouvent pas dans IPv4, les solutions techniques nécessaires à leur développement.

Les distributeurs de contenus qui déploient une infrastructure de caches répartis sur tout l'Internet ont besoin de beaucoup de flexibilité, de beaucoup de bande passante et d'une latence faible.

Les nouveaux réseaux d'accès sont de plus en plus en IPv6.

Et enfin, l'Internet des objets, les villes intelligentes ou les réseaux de véhicules ne se développent qu'en IPv6.

13) Pour conclure, l'heure de la pénurie d'adresses IPv4 a sonné depuis quelques années et IPv6 est un passage obligé pour développer les nouveaux usages et simplifier le fonctionnement du réseau.

14) IPv6 est le protocole de l’Internet du 21eme siècle.

Il est incontournable et l'IoT et les nouveaux usages seront les moteurs de son déploiement massif dans les 10 prochaines années.

Comme il modernise effectivement IPv4, il nécessite une étude approfondie de ses mécanismes.

Personal tools